Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 21:27

A l'occasion de la reconnaissance de la Palestine à l'ONU, il est intéressant de scruter la position des pays balkaniques. C'est en effet la région qui offre le plus de surprises à l'occasion de ce scrutin. En effet, la Serbie est le seul Etat à avoir voté en faveur de la reconnaissance de la Palestine, alors même qu'elle est en guerre ouverte contre des groupes séparatistes ou islamistes. La Bosnie-Herzégovine et l'Albanie, deux pays musulmans, se sont abstenus (ce qui revenait à désavouer clairement la demande palestinienne). La Croatie, la Macédoine et le Monténégro, comptant de fortes minorités musulmanes se sont abstenus également. Comment peut-on interpréter ces positions étonnantes en apparence? 

 

 

 

-> La position de la Serbie est aussi courageuse que surprenante - du moins à première vue. Tout poussait ce petit pays à s'abstenir, voire à voter contre la demande palestinienne. En premier lieu, l'armée américaine et les troupes de l'OTAN stationnées à proximité sont une menace epermanente pour le pays, qui n'a toujours recouvré sa réelle indépendance et reste sous pression des Occidentaux (notamment de par sa volonté d'intégrer l'Union Européenne). 

D'autre part, la Serbie est menacée par d'innombrables séparatisme: le Kosovo, bien sûr, mais également la Voïvodine au nord, ou le Sandjak à l'ouest. Dans ces conditions, il est toujours risqué de reconnaitre un Etat de manière unilatérale, car cela peut raviver les volontés séparatistes.

Mais surtout, la Serbie est en lutte depuis 20 ans contre un islamisme radical, d'inspiration wahhabite saoudienne; en Bosnie en 1995, au Kosovo en 1999, au Sandjak depuis plusieurs années, elle a du faire face à des islamistes venus du monde entier... y compris de Palestine. Dans ces conditions, reconnaitre un Etat où le Hamas reste si puissant témoigne d'un esprit chevaleresque assez rare. 

 

Bien entendu, la position serbe ne peut pas s'expliquer que par les bons sentiments. En réalité, le pays répond par ce vote à plusieurs impératifs. Tout d'abord celui de la tradition: traditionnellement non-alignés, les Serbes ont toujours soutenu le combat anti-impérialiste, en Palestine comme ailleurs. Du reste, la volonté d'infliger un échec aux Américains et aux Allemands a pu renforcer ce sentiment. 

D'autre part, il s'agit pour la Serbie de soutenir la Russie, engagée en faveur de la Palestine. Cela renforçant une sorte de "bloc chrétien orthodoxe" rival de l'Occident, mais proche des Etats non-alignés et du monde musulman chiite (comme en témoigne l'amitié serbo-azérie, ou russo-iranienne...)

 

-> La Bosnie-Herzégovine et l'Albanie n'ont pas soutenu la Palestine, bien qu'il s'agisse de pays musulmans, et que le premier connaisse une spectaculaire réislamisation*. Trois explications, qui ne s'excluent pas, peuvent être retenues.

Premièrement, les islamistes bosniaques et albanais, inspirés par l'Arabie Séoudite, n'ont aucune envie de soutenir Mahmoud Abbas, considéré comme bien trop nationaliste et laïciste à leur goût. 

Deuxièmement, la Bosnie ne tient pas à créer un précédent que les Serbes bosniaques pourraient utiliser pour réclamer leur indépendance. 

Troisièmement - et sûrement la principale raison - ces deux pays sont des alliés inconditionnels des Etats-Unis, qui dictent leurs politiques depuis de longues années et les utilisent comme vassaux. 

Enfin de compte, les Palestiniens et les "anti-sionistes" qui avaient soutenu les Bosniaques en 1995, ou les Albanais du Kosovo, sont bien mal récompensés. Ils découvrent combien ils ont été manipulés par l'Occident et les islamistes wahhabites...

 

-> Plus généralement, tous les pays non-serbes de l'ex-Yougoslavie ont refusé de soutenir la Palestine. Une preuve, s'il en fallait encore, que le démantèlement de la Yousgoslavie, puis de la Serbie, par l'Occident, était motivée par la volonté de détruire un rival puissant, et de le remplacer par plusieurs petits Etats alignés sur l'Amérique (ou sur l'Allemagne pour la Croatie). Bosnie, Slovénie, Croatie, Macédoine, Monténégro (et bientôt le Kosovo?) sont autant d'alliés fidèles de Washington à l'ONU: le découpage des Balkans n'était pas une opération humanitaire, mais bien une volonté de soumettre à la région à l'ordre wahhabite et occidental. 

 

 

 

* Cette réislamisation est d'inspiration wahhabite, une interprétation très rigoriste de la religion. Les islamistes qui la mettent en oeuvre s'opposent à l'islam traditionnel hérité de l'Empire Ottoman, tolérant et plus ouvert. Des mosquées ottomanes ont d'ailleurs été détruites à plusieurs reprises par les islamistes en Bosnie et au Kosovo, qui les ont remplacées par des monuments d'architecture saoudienne... 

Partager cet article

Repost 0

commentaires