Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 15:36

La peste communautariste a ceci de singulier qu'elle frappe partout, sans prévenir, et tout le monde. Quand ce ne sont pas des Noirs, ce sont des Blancs, et quand ce ne sont pas des juifs, ce sont des musulmans. Et pour la campagne présidentielle et législative de 2012, c'est le communautarisme arménien qui frappe très fort. Les primaires socialistes lui auront d'ores et déjà permis de faire triompher son favori, François Hollande. Ce dernier a fait aux lobbies arméniens tant de promesses, que Nicolas Sarkozy a été obligé de se rendre en Arménie et d'y attaquer la Turquie, pour rester un concurrent valable. La proposition de loi de la députée Valérie Voyer, soutenue par tout le PS et la majorité de l'UMP, n'est donc pas une surprise. Cette loi viserait à interdire la négation de tous les génocides - dont le génocide arménien. Profondément néfaste, elle est une nouvelle illustration de dangers que fait peser sur notre pays le communautarisme. 

 

Valérie Boyer, rapporteuse de la loi controversée, n'en est pas à sa première soumission aux lobbies communautaires. Elle avait déjà ardemment milité pour que la France ne reconnaisse pas la Palestine. 

 

 

La liberté d'expression bafouée

 

Il ne s'agit pas de nier, ou même de discuter, les trois crimes visés par cette loi. La notion de génocide est en elle-même profondément floue, imprécise. Aussi la Turquie peut-elle prétendre à juste titre que ce génocide n'a pas existé, avec l'appui d'historiens. Et l'Arménie peut prétendre à juste titre, avec l'appui d'autres historiens, que ce génocide a bien existé. Tout dépend de l'interprétation que l'on a du terme. 

 

Une chose est sûre: la France n'a pas à prendre parti dans cette affaire. Tout au plus pourrait-elle tenter de réconcilier les deux points de vue. Et pour ça, il faudrait évidemment que ses chercheurs, ses historient, puissent s'exprimer librement. 

Or, cette loi communautariste bafoue au contraire toutes les valeurs de liberté d'expression portées par la France. Elle paralyse le débat, empêche toute recherche sérieuse sur le sujet. Or, puisque la parole est limitée en Arménie comme en Turquie sur ce sujet, la France, amie historique de la Turquie, refuge de la diaspora d'Arménie, aurait pu être un formidable espace de dialogue. 

 

Il convient par ailleurs de rajouter que la vérité historique ne suffit pas à faire une loi. Comme se demandait le député Jacques Myard, faudra-t-il condamner bientôt ceux qui nient la crucifixion de Jésus-Christ? Ou le fait que la Terre soit ronde? 

 

 

La diplomatie française menacée

 

Le communautarisme est d'autre part une plaie terrible pour la politique étrangère française. Bien évidemment, on connait l'exemple du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France) qui paralyse depuis des années la politique arabe traditionnelle de notre pays. Les lobbies arméniens, bien que moins puissants, ont aussi un pouvoir de nuisance réel. 

 

Le souverainiste de droite Jacques Myard fait partie des rares députés qui s'opposent clairement au projet de loi de leur collègue Boyer, essentiellement au nom de la liberté d'expression et de la sauvegarde de la diplomatie française traditionnelle. 

 

Bien malheureusement, les partis, les députés, se moquent complètement de la diplomatie française et de l'image de notre pays. Ce qui les intéresse, c'est leur réelection. Et cela passe donc par la drague des communautés. 

Cette loi, qui vise explicitement la Turquie (malgré ce que dit le gouvernement), pousse la France à se brouiller d'un vieil allié, d'un pays avec lequel elle avait toujours entretenu des relations cordiales. À l'heure où les Turcs retrouvent leur vieille influence méditeranéenne, c'est une folie pure et simple de se couper de leur appui pour de médiocres histoires d'élections internes. 

 

 

La société civile fractionnée

 

Comme souvent, le Parti Socialiste, ici via François Hollande, n'hésite pas à diviser le peuple français, si cela peut lui permettre des gains électoraux...

 

Et quand donc comprendra-t-on que les lois victimaires, loin d'apaiser les sociétés, les divisent et les tendent? Dans les années 1980, des communautaristes juifs ont exigé une repentance de la France au sujet de la collaboration, avant de réclamer leur loi, la loi Gayssot-Fabius, interdisant de nier l'holocauste. 

Ce sont, alors, les communautaristes noirs, qui ont exigé une loi dédiée à l'esclavage de leurs prétendus ancètres - ce sera la loi Taubira. 

Puis les communautaristes arméniens ont réclamé la leur, ce qui nous ammène à la situation suivante.

 

Qui seront les suivants? Les Rwandais? Les Soudanais? Les Vendéens? Les Algériens? Les Amérindiens? Les Aborigènes? Puisque chaque peuple a été victime de crimes dans son passé, doit-on s'attendre à ce que tous les communautaristes réclament leur loi? 

Et dans ce cas, n'entre-t-on pas dans une spirale infernale, où ceux qui auront cette loi seront vus comme des privilégiés, et detestés par ceux dont la souffrance n'est pas encore reconnues? 

 

Ne faisons pas table rase du passé. Mais rassemblons-nous autour de l'Histoire française, sans instrumentaliser les souffrances des peuples par des lois communautaires et électoralistes. 

 

Le Premier ministre turc, Recep Tayyıp Erdoğan, est certes mal placé pour donner des leçons d'ingérence à la France, lui qui n'a jamais hésité à se méler des affaires internes de plusieurs pays européens, et, plus récemment, de la Syrie.

 

 

Peut-on conclure sur une note d'optimisme, en espérant que ces lois iniques seront, tôt ou tard, supprimées? Peut-être, mais quelle perte de temps, quelle perte d'influence, quelle perte de crédibilité, en attendant! Et tout cela pour plaire à des lobbies qui violent l'esprit républicain. Il est vrai que la Turquie n'a pas répondu de la manière la plus intelligente qui soit. En appellant "la communauté turque", ou "les Turcs de France", à se mobiliser, Erdoğan est entré dans une surenchère de communautarisme. Certains appellent à la création de lobbies turcs. Faut-il répondre au communautarisme arménien par un autre communautarisme, turc? Certainement pas! Mais il semble déjà trop tard. Il faut le dire et le redire: la peste communautaire est un fléau, une maladie dangereuse et surtout, contagieuse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires