Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 22:12

 

La détestation de la France, parfois logique et raisonnée, parfois haineuse et aveugle, est une de nos vieilles traditions nationales. Alors que des pays aussi divers que le Japon, l'Angleterre, le Maroc ou la Turquie affichent fièrement leur histoire et ses heures les plus glorieuses, la France se complait, sans jamais se l'admettre officiellement, à ressasser ses crimes et ses échecs. Car son histoire en est remplie, ce qui est bien naturel pour une Nation vieille de plus de 10 siècles. Défaite d'Alésia, défaite d'Azincourt, pérsécution des "sorcières", guerres de religion, absolutisme royal, esclavage, persécution des protestants, terreur et massacres de Vendée, guerres napoléoniennes et retraite de Russie, Waterloo, Sedan, la colonisation, Vichy, guerres d'Indochine et d'Algérie, trahison des Harkis, bombardements de l'Irak puis de la Serbie... La France a beaucoup à regretter et beaucoup à se reprocher. Comme toute Nation au monde. 

 

Et après?

 

Cela nous autorise-t-il à oublier ses innombrables heures de gloire? Qui, aujourd'hui, apprend encore les batailles de Gergovie, de Patay, de Formigny, de Castillon, de Marignan, de Marengo, de Magenta? A peine connait-on celles de Valmy et d'Austerlitz!

Qui, aujourd'hui, ose rappeller que François 1er fut le premier souverain chrétien du monde à s'ouvrir à l'alliance musulmane? Que la France révolutionnaire puis napoléonienne fut le premier Etat d'Europe à faire des Juifs des citoyens à part entière? Que Napoléon III se battit pour les droits des peuples italien, allemand, arabe? Que la IIIème République fut, avec l'Angleterre, à la pointe du progrès technique et scientifique? Que le peuple français, sous occupation nazie, fut le seul (à l'exception peut-être des Serbes) à se soulever aussi massivement contre l'envahisseur? 

 

Ses transports aériens et ferroviaires de haute qualité sont un autre atout dont peut s’enorgueillir la France, souvent en pointe dans la technique et le progrès.

 

La France, quel que soit le sujet de discussion, y est présentée sous son jour le plus sombre. On se plait à la décrire comme le "mauvais élève" en tout domaine: économie, Europe, histoire coloniale, droit des femmes, minorités, religion. Cette attitude est profondément néfaste, car un pays qui doute de lui-même est un pays malade, qui risque bien, dans le monde cruel du 21ème siècle, d'y laisser sa peau. 

 

Le peuple français, naturellement divers et bagarreur, et ce depuis les Gaulois, est un peuple d'une extraordinaire complexité. Mélange de races celtes, latines et franques, il s'est enrichi au cours des siècles, accueillant en son sein Juifs, Slaves, Ibères, Noirs, Arabes, Indiens et Asiatiques. Il se répartit de façon fort équitable sur des régions, qui, chacune, conservent une forte culture et personnalité: Bretagne, Alsace, Provence, Bourgogne, sans oublier la Corse et nos possessions d'Outre-Mer. Enfin, toutes les croyances et religions y cohabitent. 

Cette incroyable diversité pourrait entrainer un risque sérieux de division du pays, si tous ces Français n'étaient pas unis par un beau fédérateur: leur histoire, leur culture et leurs valeurs comunes. C'est grâce à cette unité qu'ils forment une Nation, fière de se rassembler derrière un passé glorieux et des principes communs. 

 


Les défilés militaires du 14 juillet, que certains parlent de supprimer, font pourtant partie de ces rares et dernières occasions de concorde nationale.


Détruisez cette culture, noircissez cette histoire, discréditez ces valeurs, et vous éliminerez le socle commun qui rassemble le peuple français. Que devient-il, alors? Un peuple sans repère, inquiet, cherchant dans une communauté repliée sur elle-même, ou dans un les grands rêves de l'étranger, américain ou européen, une bouée de sauvetage. Un peuple aigri qui, complexé par son histoire qu'il croit honteuse, se pense obligé de donner des leçons au monde entier. La Chine, la Russie, l'Italie, la Turquie, l'Iran, les Etats-Unis, ne comprennent pas que si la France est tellement moraliste à leur égard, c'est parce qu'elle ne croit plus en elle-même. 

 

Le pont du Gard, un des symboles de cette vieille France gallo-romaine dont nous descendons, sinon de sang, du moins par notre civilisation.

 

Il est temps que le peuple français redresse la tête, et regarde sa culture avec fierté. Si nous devons aimer la France, c'est parce qu'elle nous réunit, nous, de toute condition sociale, de tout caractère, de toute origine, de toute race, de toute religion. Si nous la détestons, nous détruirons ce qui nous rassemble. Cela ne signifie pas qu'il faille faire preuve de chauvinisme aveugle.

Les Français doivent renouer avec un nationalisme intelligent: être fier de ce que la France fait de beau, corriger ce qu'elle fait de mal. 

Si nous ne trouvons plus dans notre Nation de quoi nous renforcer, alors chacun se repliera, qui sur sa région, qui sur l'Europe, qui sur sa religion, qui sur sa couleur de peau, qui sur ses utopies mondialistes, qu'elles soient communistes ou libérales. Est-ce réellement l'avenir que nous nous souhaitons? 

Partager cet article

Repost 0

commentaires