Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 19:52

Marine Le Pen avait tout pour réussir. En quelques années, elle avait pris le contrôle du Front National (FN) après son père eût entamé un mouvement de réconciliation à l'égard des Français musulmans - mouvement qu'elle avait élargi aux fonctionnaires, aux juifs, à toutes ces catégories de la population que son parti inquiétait encore. L'échec de l'euro, la montée des communautarismes, le mépris du peuple par des technocrates incompétents, lui ouvraient un boulevard.  Enfin, une candidate capable de parvenir au second tour (contrairement à Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan ou Français Asselineau) osait se revendiquer gaulliste, souverainiste, proche du peuple et hostile aux banques. Quel formidable potentiel électoral elle pouvait en retirer!

 

Le Néerlandais flamand Geert Wilders, Président du Parti pour la Liberté, occidentaliste et adversaire déclaré du monde oriental, aura joué de sa triste influence sur beaucoup de mouvements nationalistes européens...

 

Or, voilà qu'au lieu de se maintenir sur cette ligne de rassemblement patriote et républicain, Marine Le Pen s'est mise en tête de suivre l'exemple du triste clown néerlandais Geert Wilders, en lançant une campagne bassement axée sur le choc des civilisations. Le musulman comme ennemi, l'Occident pour patrie. Si cette campagne risque d'attirer bon nombre de racialistes des Identitaires et autres Riposte Laïque, elle ne peut que dégouter les patriotes musulmans et les gaullistes traditionnels qui ne s'y reconnaitront jamais. 

 

Pour cette campagne néo-conservatrice, il fallait bien évidemment nouer des liens avec l'Amérique toute-puissante, ce qui a donné lieu à la tragi-comédie du voyage américain de Marine Le Pen - qui aurait été mieux inspirée de visiter ces puissances que sont la Russie, le Brésil, ou les pays d'Afrique francophone. 

Poursuivant dans cette voie, le FN se décide désormais à draguer un électorat, non pas juif, mais clairement sioniste et pro-israélien - Israel étant vu comme le bras armé de l'Occident dans un Orient diabolisé. 

 

C'est ainsi que sont partis en Israel, bras dessus-dessous, Louis Aliot et Michel Thooris.

 

Le fameux Michel Thooris... Rien que le nom, qui nous évoque les grands films de Chuck Norris, semble une invite au rêve. Et la réalité ne nous deçoit pas! Chevalier croisé de l'Occident judéo-chrétien, ce syndicaliste est un ancien soutien de Philippe de Villiers, dont il se voulait le bras armé pour botter les fesses des terrifiants islamistes et autres barbus. 

Il en est persuadé: il "y a une guerre qui a été déclenchée par l’islam radical contre l’Occident judéo-chrétien, dont les premières victimes sont les français autochtones et la communauté juive". 

Et c'est pourquoi, toujours dans la mesure, il avait estimé que la Ligue de Défense Juive (organisation considérée comme terroriste par les Etats-Unis et même par Israel) remplissait un bénéfique rôle "d'encadrement". 

 

Selon Chuck... pardon, Michel Thooris, syndicaliste policier, la police est confrontée à "l'Intifada dans les quartiers". 

 

C'est donc en ami, en soutien inconditionnel, la fleur au fusil, que Michel Thooris s'est rendu en Israel. On eût dit un grand enfant rencontrant enfin, en cette fin d'année, le Père Noël. Transporté par cette joie toute innocente, il s'est laissé aller à de grands élans martiaux qui ont provoqué l'embarras au sein même du FN.

C'est ainsi que, plus royaliste que le roi, plus sioniste encore que les pays d'Europe, les USA, et la gauche israélienne, il a estimé que "la politique actuelle menée par Israël au niveau des colonies est la bonne". Des colonies "bien evidemment légitimes" selon lui. 

Candidat des Français installés en Israel pour les législatives (démarche communautariste s'il en est...), Chuck Thooris a même été jusqu'à défendre la double nationalité (que le FN condamne) des Franco-Israéliens, "étant donné qu'Israël est le berceau de la civilisation judéo-chrétienne". 

 

Même Louis Aliot, plutôt favorable a l'Etat hébreu, a été gêné par ces transports d'enthousiasme, rappelant que Michel Thooris n'est pas membre du parti que ses propos "n'engagent ni Marine, ni le Front". Il n'a toutefois pas osé condamner les colonies, au prétexte fallacieux qu'il n'était pas un expert. Ainsi donc, le FN renie et trahit la politique arabe traditionnelle de la France.

 

Louis Aliot, moins fanatique que son collègue Michel Thooris, n'a cependant jamais caché sa volonté de rapprocher Marine Le Pen des courants favorables au sionisme. 

 

Et pourquoi ce cirque, grands dieux, pourquoi? 

 

Officiellement, il s'agit de "se rapprocher de la communauté juive". Outre que les Juifs, electoralement, pèsent beaucoup moins que les Arabes, faut-il rappeller à Mr. Aliot (ne parlons pas de Chuck Thooris, cas desespéré...), qu'il n'y a pas chez nous de "communauté juive"? Qu'il n'y a que des citoyens, de confessions juives, qui sont des Français à part entière? Que ces citoyens ne dépendent donc pas d'un Etat étranger, mais de la France? 

 

Le plus triste dans l'affaire est que le FN n'a rien retiré de ce voyage. Les groupes sionistes lui resteront toujours hostiles, tant ils savent qu'ils trouveront davantage leur compte à l'UMP ou au PS. Peu habitué à ces exercices de drague, il a donné l'impression d'un paysan mal éduqué venu, avec ses gros sabots, séduire une Dame que deux gentilhommes ont déjà conquise depuis bien longtemps. 

 

Plutôt que sur des groupes sionistes qui le mépriseront toujours, le Front National devraient s'appuyer sur ces millions de Français, y compris juifs et musulmans, qui réclament une alternative patriotique et souverainiste à ce qu'on appelle "UMPS"...

 

Ce ridicule périple n'aura séduit personne, mais il aura suffit pour dégouter du parti tous les patriotes gaullistes, anticolonialistes, anticommunautaristes ou musulmans, qui étaient prèts à s'en rapprocher. Ruinant au passage le travail d'un Florian Philippot, d'un Paul-Marie Coûteaux, d'un Bertrand Dutheil de La Rochère, qui tentaient de faire gagner Marine Le Pen sur une ligne gaullo-républicaine. 

 

Si l'on rajoute à cela la proposition d'interdire le voile dans les lieux publics (sans interdire les autres signes communautaires, turbans sikhs, kippas, boubous africains, etc.), on constate que le seul grand parti capable de faire triompher les idées souverainistes les a sacrifiées à la démagogie néo-conservatrice. 

 

Que chacun en tire les conséquences. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires