Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 16:24

 

 

 

Tous les habitants de grandes agglomérations connaissent l'enfer des embouteillages de fin d'après-midi dans lesquels des files interminables d'automobiles peuvent demeurer immobilisées, prisonnière d'un réseau urbain trop étroit pour une si dense circulation de véhicules. Les Chinois connaissent, eux, le problème à un niveau décuplé, puisque les grandes agglomérations de Pékin, Shanghai ou Hong-Kong, parmi les plus densément peuplées du monde, souffrent d'embouteillages monstrueux qui provoquent pollution, stress et désagréments. 


CHINA_trafficjam.jpg


Il semble que la Chine ait décidé de traiter ce problème par l'innovation, et c'est ainsi que l'on a vu surgir un projet aussi ambitieux qu'étonnant, le "bus volant". Que les amateurs de sciences-fiction cessent réfrènent immédiatement leur imagination! Il ne s'agit pas là d'un engin aérien au sens propre du terme, mais d'un bus surélevé, qui permettra donc la libre circulation des voitures, pour lesquelles il ne sera qu'un simple tunnel mouvant. * 

Capable de transporter un millier de personnes, haut de quatre à cinq mètre, ce bus se déplacerait sur rails, ou bien le long des lignes blanches bordant les routes, grâce à des capteurs infrarouges. 


La Chine accomplirait là une révolution miniature, en résolvant d'un coup tant de problèmes liés à la circulation trop dense de véhicule. Bien évidemment, un tel système permettrait de réduire les embouteillages, car non seulement le bus ne prendrait aucune place sur l'espace routier des véhicules, mais surtout, il ne les bloquerait pas en s’arrêtant, et pourrait débarquer et accueillir ses passagers tout en laissant le passage aux voitures. 

Le bénéfice écologique sera également considérable. En dehors de la simple réduction des embouteillages, et donc de l'émission de gaz polluants, le bus aura pour effet de décourager les Chinois de prendre leur voiture, puisqu'il leur proposera un mode de transport bien plus rapide et agréable. Lui-même polluera fort peu, puisque fonctionnant à l’énergie électrique, rechargée à chaque arrêt par des panneaux solaires. Et tout cela pour le prix de 56 millions d'euros -soit moins cher qu'un métro.


bus-tunnel-roulant-chine-L-1.jpeg


La construction des lignes a été entamée à l'été 2010, et l'on peut espérer voir les premiers engins opérer dans les quelques années qui viennent. Certes! il s'agit là d'un bouleversement mineur, dont l'impact mondial ou même national restera fortement limité. Mais il est un symbole d'espoir. Pour les pays dit du tiers-monde, bien évidemment, car il leur enseigne qu'une nation libérée du joug occidental peut entamer un développement rapide et, sous peine d'être bien administrée, par un état fort et organisé, parvenir à la pointe de l'innovation. Un espoir aussi pour tous ceux qui cherchent depuis si longtemps une alternative à la voiture, une solution aux embouteillages, et à qui le bus volant donne une preuve qu'un peu d'imagination et d'audace peuvent toujours apporter des solutions. 


L'Occident pourrait voir ce développement spectaculaire, dont le bus volant n'est qu'un petit exemple, comme une menace. Il devrait plutôt le voir comme un exemple. Il ne s'agit pas, bien évidemment, de cautionner la dictature chinoise, ou d'imiter les conditions de travail déplorables de ses travailleurs. Mais plutôt de reconnaitre ces spectaculaires progrès, et chercher à suivre la même voie. C'est dans un patriotisme profond, qui rassemble les politiques et le peuple chinois dans la construction d'une nation forte et indépendante, que la Chine puise son inventivité et son ambition. Aux nations européennes de suivre cet exemple, de libérer leurs énergie, de retrouver leur indépendance, et de mobiliser leurs peuples, pour élaborer les techniques du futur. 


straddlingbus.jpg


Mû par la vaillante ardeur de ses peuples et le génie millénaire de sa civilisation, l'empire chinois reprend peu à peu la tête d'un monde qui trop souvent par le passé ne lui a pas laissé la place dont il était digne. Loin de nous inquiéter, ce redressement doit nous inspirer, et permettre aux vieilles nations de notre bonne et chère Europe de retrouver en elles une énergie et une ambition similaires.

Partager cet article

Repost 0

commentaires