Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 00:18

Voici venu le temps d'une pause et de vacances bien méritées; mais qui ne doivent pas être oisives: que l'on me permette de recommander une liste de livres en tout genre. Romans, essais et ouvrages d'analyse pour occuper les journées d'été. Chez soi, en voiture, en train, en avion (pour ceux qui ont la chance de supporter ce moyen de transport), en bateau: ce sont des ouvrages facile à lire, instructifs et à connaitre. 

 

 

Aymeric Chauprade, Chronique du choc des civilisations

 

 Brillant atlas géopolitique, cet ouvrage qui a valu à Aymeric Chauprade d'être limogé par Hervé Morin du Ministère de la Défense se veut une réponse au Choc des Civilisations de Samuel Huntington. L'auteur ne nie d'ailleurs pas le principe de guerres civilisationnelles, mais il montre leur complexité, loin de la vision simpliste des néo-conservateurs. Ainsi évoque-t-il les oppositions entre l'Europe et les Etats-Unis, entre les diverses branches de l'islam, ou encore entre les Etats d'Asie; le tout appuyé sur des cartes en couleur et détaillées. 

 

Il semble néanmoins qu'Aymeric Chauprade, tout à son analyse civilisationnelle, néglige parfois trop les logique étatiques - en particulier, il oublie le rôle très spécifique de la France qui s'est toujours placée au-dessus des guerres de civilisations.

 

Mais son ouvrage n'en reste pas indispensable pour comprendre la géopolitique contemporaine; d'autant qu'il est assez facile à lire. 

 

 

 

 

Vladimir Volkoff, Désinformation: flagrant délit

 

 Publié en 1999, en réponse au bombardement de la Serbie par l'OTAN, ce livre se présente comme une vigoureuse charge contre les mensonges de l'Occident et la diabolisation des Serbes. 

Très impliqué dans son sujet, Vladimir Volkoff a le mérite de rappeller quelques vérités sur un conflit qui n'opposait pas des Serbes barbares à des Kosovars innocents, mais plutôt plusieurs factions armées, avec des massacres de part et d'autre. 

 

Passons sur le conflit: il date, et la vision de Vladimir Volkoff est trop influencée par ses opinions monarchistes et sa foi chrétienne pour être objective. En revanche, l'intérêt de l'ouvrage réside dans la grille d'analyse de la "désinformation" (inspirée par le Docteur Spin) que dresse l'auteur. Elle fonctionne en six points principaux: accusations d'atrocités; gonflement hyperbolique des enjeux; diabolisation ou déshumanisation de l'adversaire; polarisation; invocation d'une sanction divine; métapropagande (discréditer toute information du camps adverse).

 

Ne serait-ce que parce qu'on a retrouvé cette dynamique à l'oeuvre par la suite envers l'Irak, et aujourd'hui envers la Syrie, ce livre est à lire et relire. 

 

 

Ian Flemming, Docteur No

 

 Alors que Bons baisers de Russie est le prototype du roman d'espionage, ce James Bond, écrit juste ensuite, est ce qui se rapproche le plus du roman d'aventure. Île fantastique isolée du monde, savant fou aux mains mécaniques, pieuvre géante et dragon hydroglisseur, aucun élément ne manque. 

 

Un roman qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir, tout en faisant voyager son lecteur; les plus courageux pourront lire en même temps Bons baisers de Russie qui, dans une ambiance tout à fait différente, fait évoluer James Bond d'Istanbul à Paris, entre les machinations soviétiques et les agents doubles. Un ouvrage marqué d'un certain nationalisme chauvin, voire raciste (ni les Turcs, ni les Yougoslaves, ni les Russes ne sont présentés à leur avantage), mais dont le rythme trépidant incite irrésistiblement au voyage.

 

 

Bernard Lugan, Histoire du Maroc: des origines à nos jours

 

 Un ouvrage indispensable à quiconque veut en connaitre plus sur l'histoire de cette vieille nation, restée fière et indépendante à travers les siècles; écrit par un passioné, ce livre et à recommander à tous ceux que l'histoire non seulement du Maroc, mais aussi du Maghreb et de l'Espagne, intéresse.

 

Notez que j'avais déjà chroniqué cet ouvrage dans un article précédent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sir Arthur Conan Doyle, Le monde perdu

 

 Roman méconnu de l'auteur de Sherlock Holmes, Le monde perdu narre le voyage de deux scientifiques, d'un jeune journaliste et d'un chasseur aventurier vers un bloc rocheux d'Amérique du Sud, coupé de l'évolution du monde. Sur ce plateau désolé vivent encore l'allosaure, le stégosaure, les hommes préhistoriques et les ptéranodons. 

Roman fantastique et d'aventure, Le monde perdu se lit d'une traite, avec passion et parfois, avec frayeur. C'est aussi un récit touchant, tant l'image des dinosaures qu'il véhicule apparaît datée; on était alors aux débuts de la paléontologie. 

 

Cette ambiance "vieille Angleterre" traverse d'ailleurs l'ensemble du roman, qui dresse de la société britannique de l'époque un portrait vivant et parfois ironique... qui ne pourra manquer de susciter chez les anglophiles un certain fond de nostalgie. 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Nouzille, Les dossiers de la CIA sur la France, 1958-1981

 

 Une étude détaillée et passionante, à lire et connaitre absolument: c'est toute la politique américaine vis-à-vis de la France aux débuts de la Vème République qui est ici étudiée. L'ouvrage est un peu long, mais pour les passionés de politique française, il est indispensable. Charles de Gaulle, Pompidou, Mitterrand, Valery Giscard d'Estaing, Michel Rocard, Michel Debré, Couve de Murville: les liens, conflits, alliances, de chacune de ces personnalités avec Washington est rapportée dans le détail. 

C'est avec nostalgie que l'on parcourt une époque où la France savait, encore, faire entendre ses divergences avec Washington...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eric Zemmour, Mélancolie Française

 

 Le dernier vrai livre d'Eric Zemmour (les deux compilations de ses chroniques de RTL ne peuvent être considérées comme une oeuvre littéraire, mais juste un produit commercial sans intérêt pour qui les écoute régulièrement) est aussi son meilleur. Il n'est que de lire les deux premiers chapitre pour se rendre compte que l'auteur est profondément amoureux de la France, dont il dresse une histoire originale et intéressante. 

On peut ne pas être d'accord avec tout, mais la grille de lecture du journaliste, intelligente et nuancée, apporte un éclairage différent sur quelques évènements clés de cette histoire. 

 

D'inspiration bonapartiste et gaulliste, Eric Zemmour se révèle dans cet ouvrage un souverainiste farouche, pour qui les éternels adversaires de la France resteront le Royaume-Uni et les Etats-Unis. 

Trop souvent caricaturé par la critique, son dernier châpitre est une dénonciation du communautarisme généralisé, plus qu'une attaque envers telle ou telle "communauté". 

 

 

 

 

 

 

 

Charles de Gaulle, Mémoires de guerre

 

 Un grand classique, que tout gaulliste, tout patriote, tout Français curieux de son histoire, ne peut manquer à aucun prix. Edités en trois volumes (conseillé, car plus pratique à transporter), où réunis en un seul (à éviter, lourd et peu maniable), ces trois tomes (L'appel, L'unité, Le salut) rappelle le combat de celui qui devint, par sa persévérance et son amour de la France, le chef de la Résistance à l'occupation nazie. 

 

Ecrite dans un style remarquable, cette oeuvre historique et littéraire s'arrête aussi bien sur les questions politiques et géographiques, que militaires et philosophiques. 

Que dire d'autre? Rien: c'est à chacun d'entrer dans cette page cruciale de l'histoire française, et de découvrir l'histoire de ces hommes qui, seuls, ont sauvé l'honneur de la nation. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jules Vernes, Michel Strogoff

 

 Un grand classique dont on ne se lasse pas; très facile à lire (j'avais neuf ans la première fois) et préférable à mon goût aux romans de science-fiction de Jules Vernes, cette belle histoire met en scène un jeune cavalier russe, porteur d'une missive pour le cousin du Tzar, assiégé par les Tatars. Les amoureux de la Russie ne peuvent que suivre avec plaisir ce périple à travers les vastes plaines d'Asie Centrale. 

 

Car c'est aussi à une description, certes fortement romancée, des peuples de ces régions que se livre l'auteur; l'aventure et les scènes épiques ne manquent pas, non plus que l'humour propre à Jules Verne. 

Une ode au patriotisme russe qui ne tombe pas dans la simplicité. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raphaël Dargent, Napoléon III: l'Empereur du peuple

 

 Découvert il y a déjà un an, cet excellent ouvrage du gaulliste Raphaël Dargent réhabilite la mémoire du souverain le plus injustement traité par l'historiographie française. Si l'ouvrage s'inspire de la magistrale étude de Philippe Séguin, il insiste davantage encore sur le caractère profondément social de l'oeuvre bonapartiste. Le Second Empire était le régime qui défendait les petits: ouvriers, paysans, Algériens colonisés et enfants des quartiers pauvres. Une oeuvre qui n'a d'ailleurs que partiellement été reprise par la Troisième République. 

 

Le bilan international de l'Empereur est également rejugé à sa juste valeur: au-delà du désastre de Sedan, certains beaux succès, comme l'expédition de Crimée ou l'indépendance de l'Italie sont à mettre au crédit de l'Empereur. 

Cet ouvrage écrit avec passion (et peut-être trop, ce qui amène d'inévitables coquilles orthographiques) et bien documenté insiste également sur le lien entre l'idéal de Napoléon 1er, et la politique mise en oeuvre par son neveu. 

 

Un livre à recommander chaudement tant aux bonapartistes passionés, qu'aux républicains de gauche dont Napoléon III partageait tant d'idéaux. 

 

 

 

D'autres choix?

 

J'ai volontairement limité à dix le nombre d'ouvrage conseillés ici, sans quoi j'aurais pu continuer sans m'arrêter; aux curieux, aux passionés de lecteur, on pourra aussi recommander les autres ouvrages de Bernard Lugan: ses Histoires de l'Afrique du Sud, de l'Egypte ou des Berbères, se dévorent littéralement. Autre ouvrage l'historique, la très bonne biographie de Mustafa Kemal Atatürk par Jacques Benoit-Méchin (retrouvez mon article ici) est tout aussi conseillée. 

 

Délibérément, je n'ai mis aucun ouvrage politique dans cette liste: ne nous pourrissons pas la vie! Si je devais en recommander, ce serait ceux de Jean-Pierre Chevènement et de Nicolas Dupont-Aignan, qui se lisent avec plaisir. Les curieux consulteront les livres de campagne de Marine le Pen (Pour que vive la France) et de Jean-Luc Mélenchon (Qu'ils s'en aillent tous!), qui en apprenent long sur ces deux personnalités politiques majeures. 

 

Sur la liberté d'expression, Peut-on tout dire? est un entretien de Robert Ménard avec Dieudonné et Bruno Gaccio, qui vaut le détour. Enfin, les nationalistes sont fortement invités à lire La France face au mondialisme de Jean-Yves Dufour, et Comprendre l'Empire d'Alain Soral (malgré les analyses trop rapides et donc médiocres de ce dernier sur les pensées juive et protestante). 

 

Enfin, l'ensemble des autres romans de James Bond, ainsi que la plupart des romans policiers, ou d'espionage, de James Hadley Chase, sauront détendre chacun. Bonne lecture, donc, et retrouvons-nous tous en septembre!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierre Norris 29/06/2012 17:35


Petite erreur dans le nom de famille de l'auteur: il s'agit de Pierre Duchesne (donc sans s après le u, comme écrit dans mon commentaire précédent.)

Voici les trois tomes:

Tome I: Le Croisé (1930-1970) (2001)
Tome II: Le Baron (1970-1985) (2002)
Tome III: Le Régent (1985-1995) (2004)

Pierre Norris 29/06/2012 17:21


J'aimerais vous suggérer une biographie en trois tomes qui me tient particulièrement à coeur, celle de Jacques Parizeau, par le journaliste Pierre Duschesne.

Jacques Parizeau, qui représente pour nous au Québec un peu l'équivalent du général de Gaulle pour la France, a consacré sa vie à la cause de l'indépendance du Québec, patrie des Français
d'Amérique qui se battent pour leur souveraineté nationale depuis leur conquête il y a 250 ans. Brillant docteur en économie à la prestigieuse London School Of Economics (il fut le tout premier
Canadien-français à y obtenir ce diplôme), il fut tour à tour haut fonctionnaire et conseiller économique des Premiers Ministres Lesage, Johnson et Bertrand, puis Ministre des Finances, du Revenu
et président du Conseil du Trésor sous le gouvernement du Parti québécois (souverainiste) de René Lévesque avant de prendre la tête de ce même parti en 1988 pour devenir Premier Ministre du
Québec en 1994 et mener la Belle Province, durant le référendum de l'année suivante, aux portes de son indépendance.

Cette biographie nous montre un homme brillant, fier, imposant, controversé et fascinant. Un travail monumental de la part de Pierre Duschesne, qui signe ici ce qui est probablement la meilleure
biographie politique québécoise écrite à ce jour. À suggérer à tous les gaullistes, défenseurs de la Francophonie et admirateurs des grands hommes d'État.

Aurélien Denizeau 07/08/2012 12:15



Merci du conseil, je consulterai cela avec plaisir!