Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 19:18

 

Qu'il est plaisant de parcourir pour une semaine les vastes plaines écossaises, balayées par le froid qu'un beau soleil atténue fort heureusement! Et quel réconfort que ce retour en Angleterre et cette étape à Birmingham, chez une camarade aussi fidèle qu'accueillante! Un séjour qui me permet aussi de visionner La Rafle, plus honnète et objectif que je ne l'avais craint. Reposant, ce voyage est également riche d'enseignement, tant sur la francophilie réelle de nos rivaux et amis britanniques, que sur la fragmentation de leur société, apauvrie et communautarisée. Des amis sur place témoignent du mépris qui frappe les minorités, polonaise, indienne, musulmane, qui vivent repliées sur elle-même. Dieu bénisse l'assimilation française, qui nous évite cet enfer!

 

 

Ce sont au total plusieurs milliers de kilomètres de train que j'aurais parcourus cette semaine en Grande-Bretagne (une occasion de constater que le rail britannique reste plus efficace et confortable que la caricature que l'on en donne souvent).  Au cours de ces longs voyages, j'ai eu l'occasion de lire l'excellente Histoire du Maroc: des origines à nos jours de Bernard Lugan, publiée par Aymeric Chauprade. Une synthèse somptueuse dans laquelle transparait  l'admiration de l'auteur pour cette vieille nation, aussi bien que son mépris - justifié mais parfois trop prononcé - pour le colonialisme républicain. S'ensuit la lecture du dernier livre de Jean-Pierre Chevènement, La France est-elle finie? Cette analyse, parce qu'elle émane d'un grand républicain, d'un socialiste sincère, et d'un homme d'une vaste culture, est donc triplement intéressante. D'où la grande question qu'elle amène: comment le candidat Chevènement peut-il encore envisager l'alliance avec des sociaux-libéraux que l'écrivain Chevènement dénonce aussi brillament? 

 

 

Et pourtant, plus que jamais, les analyses de ce grand souverainiste sont d'actualité! Plus que jamais elles méritent d'être entendues et écoutées! On trouve notamment, dans ce livre, une belle réflexion sur les rapports entre la France et l'Allemagne, deux rivaux historiques, mais dont le destin reste inéluctablement lié. 

Malheureusement, Nicolas Sarkozy n'a pas compris, ou feint de ne pas comprendre, que pour que cette relation soit saine, elle doit être équitable. Il n'a pas compris non plus que l'Allemagne, de façon tout à fait légitime d'ailleurs, défend ses intérêts. Et que ces intérêts ne coincident pas avec ceux de la France. 

 

Tout se passe comme si le Président français, qui n'a pas réussi à être le fidèle second de Washington, voulait se rattraper en devenant le fidèle second de Berlin. Il donne ainsi un appui sans faille à Angela Merkel, qui tente d'étendre à l'ensemble de l'Europe des mesures d'austérité sans cesse plus rudes et cruelles. En échange, la France, remerciée par la chancellière allemande, est, pour l'instant, épargnée. 

Quelle image désastreuse de notre pays cette collaboration donne à l'étranger! Je repense aux Britanniques, aux Espagnols aussi, que j'ai croisés dans la semaine, et qui font preuve d'autant d'inquiétude à l'égard des volontés de domination allemandes, que de déception face à l'obéissance servile de la France. 

 

 

Cette collaboration sarkozyste est concrétisée par de nouvelles règles d'autérité, présentées en commun par les chefs d'Etat de France et d'Allemagne, qui veulent étendre leur politique anti-sociale à toute l'Union Européenne. Les Britanniques, moins cons que les Français, ont déjà rejeté ces mesures. Les autres risquent fort de s'y soumettre. Bien évidemment, ce changement ne sera pas soumis à referendum. La démocratie? Ach! on s'en passera!

 

L'attitude de l'Allemagne, aussi dure soit-elle, est légitime. Le pays défend ses intérêts et sa politique. C'est de bonne guerre. Mais quelle honte, quelle humiliation de voir mon pays se coucher ainsi devant les exigences allemandes! pour sauver une monnaie, l'euro, ont l'échec est avéré. Et c'est sans aucun scrupule que le Président français déclare que "la souveraineté ne s'exerce pas seul, mais avec les alliés, les amis, les voisins". Violant ainsi allègrement l'article 3 de la Consitution française, qui stipule que la souveraineté appartient au peuple français!

Face à cette soumission illégitime de notre gouvernement à l'Allemagne, je repense avec tendresse aux bonapartistes de 1871 et aux gaullistes de 1940 qui, déjà, devaient ressentir le même sentiment de desespoir doublé de honte...

 

 

Une bonne nouvelle vient tout de même égayer ce mois de décembre: Malek Boutih, cadre de SOS Racisme, s'en prend à l'ancien patron et fondateur de l'association, Julien Dray. Jour après jour, de trahisons en scandales, ces gens montrent le caractère mensonger, néfaste et contre-productif de leurs activités passées. L'idéologie antiraciste se fissure de partout. Elle n'est plus que l'ombre d'elle-même. Réjouissons-en nous, mais gare! à tous ceux qui voudraient en profiter pour faire triompher l'idéologie inverse: le racisme doit disparaitre en même temps que l'antiracisme, pièce dont il était la face opposée. Face aux viols de sa souveraineté, la France toute entière doit se rassembler, plus forte que jamais!

Partager cet article

Repost 0

commentaires