Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 20:08

L'année qui vient de s'écouler aura été riche en évènements tragiques pour la France et pour le monde. Les peuples et les nations libres auront entrevu, parfois pour la première fois, l'espoir d'une société nouvelle, libérée des entraves de la finance, des dictatures archaïques et des conflits stériles.

Espoir hélas douché par les forces de domination impériale qui, économiquement, politiquement et diplomatiquement, ont réagi avec une rare férocité, qui témoigne autant de leur déclin que d'une capacité de nuisance toujours dangereuse. 

 

Un long printemps, chaud et superbe, aura débouché sur une fin d'été triste et pluvieuse. Le climat serait-il de la partie, pour nous rappeller que la dure réalité, qui douche quotidiennement nos espoirs, nous appelle à un combat permanent? (Photo: Bakou, Azerbaïdjan, début juillet 2011)

 

 

La violence de la réaction financière face au déclin de l'Euro

 

L'échec terrible de l'Euro, annoncé depuis longtemps par les souverainistes, a été le grand évènnement européen de cette année 2011. La crise lente et vicieuse née en Grèce au printemps 2010 s'est brutalement étendue à toute l'Europe. Ce fut une crise diplomatique, politique, qui a frappé de plein fouet l'Union Européenne, laissant ses partisans étourdis pendant quelques mois. 

 

La Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, ne pouvaient plus mener la politique rigoureuse demandée par l'Allemagne, seule nation à profiter réellement de la monnaie unique. 

 

Pour la première fois, en 2011, la sortie de l'Euro et le retour au Franc a été évoquée. Cela a suffit à certains souverainistes pour crier victoire, sûrement un peu vite. 

 

Mais comme toujours, un Empire en déclin est un Empire dangereux. Une idéologie qui se meurt utilise ses dernières armes, ses plus terribles. 

La finance mondiale, dont l'Euro n'est qu'une facette, a réagi avec une rare violence. 

  • Les agences de notations, virus internationaux qui se donnent avec arrogance le droit de juger les peuples, ont multiplié leurs menaces et leurs diktats. Les politiciens européens, Nicolas Sarkozy et François Fillon en tête, se sont servilement pliés à ces agences pestinentielles: les peuples se sont retrouvés écrasés sous des plans d'austérité aussi cruels qu'inutiles. 
  • Quand les dirigeants ne se pliaient pas aux règles de la Finance, c'est une véritable dictature qui a été instaurée. Georges Papaandréou en Grèce a voulu consulter ses citoyens par referendum. Silvio Berlusconi en Italie n'a pas été assez dur dans ses plans d'austérité. Tous deux ont été chassés, et remplacés par des technocrates non élus, des banquiers responsables de la crise de 2008. Quitte à faire entrer l'extrème droite au gouvernement grecs: le fascisme ne gène pas l'Union Européenne, s'il est Euro-compatible. 
  • Au niveau mondial, les pays non-alignés sont resté sous contrôle sévère. La chute de Dominique Strauss-Kahn, patron du FMI, pour ses agressions sexuelles, n'a pas gêné le système financier, qui l'a remplacé par Christine Lagarde. La Chine, l'Inde, la Turquie et le Mexique ont été privé du poste qu'on leur avait promis. Quant à la Libye, sa proposition d'un nouveau système financier lui a valu d'être rasée par les bombes de l'OTAN. La guerre n'est que la continuation de l'économie par d'autres moyens...

 

Monde arabe: du rêve de liberté à la reprise en main occidentalo-islamiste

 

Les révolutions arabes sont l'autre grand évènnement de l'année 2011. Et ici aussi, la réaction de l'Empire, un temps déstabilisé, aura été d'une grande violence. En perdant Ben Ali, les Occidentaux ont perdu un solide allié. Mais les Américains, très vite, ont su reprendre la main. 

 

La Tunisie est le premier pays à s'être soulevé contre son despote. Elle est aussi probablement le seul à avoir réussi sa révolution. 

 

La tactique était simple: il s'agissait, avec l'aide des Saoudiens et du Qatar (siège d'Al-Jezeera), de favoriser partout les forces islamistes, plus facile à contrôler. L'Arabie Saoudite permettait ainsi aux Etats-Unis de contrôler ces mouvements (Ennahdha en Tunisie, Frères Musulmans en Egypte et en Syrie, islamistes libyens...) En échange, Washington fermait les yeux sur le massacre des révoltés chiites du Bahrein par les troupes saoudiennes. Un échange de bons procédés, en somme. 

 

L'Empire occidental, avec l'aide des pays du Golfe, a ainsi fait en sorte que des soulèvements populaires et sociaux, aboutissent à la victoire de forces islamistes (et militaires comme en Egypte) pro-américaines. Un dur échec pour les nationalistes et laïques arabes, et une bien mauvaise nouvelle pour les chrétiens coptes ou les Noirs libyens, massacrés dans le silence de l'Occident...

 

Des massacres de Coptes en Egypte, aux attentats de Noël au Nigéria, en passant par des recensements discriminatoires en Inde, 2011 aura encore une fois été l'année de la persécution des chrétiens dans le monde. Une situation bien trop rarement évoquée par le Vatican...

 

France: les difficultés de la réconciliation nationale

 

2011, c'est aussi la désillusion de ceux, nombreux, qui ont cru que les haines et les tensions communautaires en France s'apaiseraient facilement. C'était oublier la difficulté qu'il y a à rapprocher des modes de pensées si différents, tellement antagonistes. C'était oublier comme la synthèse nationale et fragile et menacée. C'était oublier, enfin et surtout, la complexité de l'esprit humain. 

 

Du procès ridicule intenté à Eric Zemmour par des associations en mal d'argent, au vote d'une loi censée plaire à la communauté arménienne, en passant par les outrances régulières d'associations comme le CRIF ou le CRAN, l'année aura été riche d'enseignements. On y aura vu combien le communautarisme, le racisme, les tensions, les vieilles rancoeurs, divisent encore le peuple français, et gènent son retour à l'indépendance. 

 

L'obsession du racisme est encore bien trop présente en France, comme l'ont montré les propos diffamatoires du jeune arriviste Bruno Julliard (le Benjamin Lancar du PS...) envers l'historien Bernard Lugan qu'il a traité de raciste et d'antisémite...

 

2012: le courage et la persévérance, plutôt que l'espoir ou l'optimisme

 

Souhaitons donc que cette nouvelle année, en plus d'être heureuse et réussie pour chacun, soit l'occasion de tirer des leçons de ce (très court) bilan. En Europe, dans le monde arabe, mais aussi en Afrique noire ou aux Etats-Unis, les peuples ont montré qu'ils n'acceptaient plus la soumission. Dictature des banques, dictature européïste, dictatures tout court ou démocraties dictatoriales, ont tremblé. Mais la réaction de l'Empire (entendre par là l'ensemble des forces politiques, communautaires et économistes qui dirigent le monde et ses nations) a été d'une rare férocité. Aussi devons-nous à présent, citoyens épris d'indépendance, agir avec prudence. Le combat sera rude, assurément. Les pièges seront nombreux. Il ne s'agit donc pas de se réjouir à chaque petite victoire, mais de redoubler de précaution pour la préserver. Haut les coeurs, donc, et que vivent la France et les nations libres! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires