Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 19:26

Plus l'élection présidentielle se rapproche, et plus Nicolas Dupont-Aignan apparait comme un candidat crédible, aux convictions fortes et au programme cohérent. Le rassemblement de lancement de la campagne, auquel je me suis rendu, me l'a confirmé. 

 

 

Après l'ambassadeur gaulliste Pierre Maillard, qui nous a rappelé la nécessité de quitter l'Afghanistan, après le Britannique Nigel Farage aussi talentueux qu'à son habitude, c'est Nicolas Dupont-Aignan en personne qui s'est adressé à la salle enthousiaste, délivrant un très bon discours. Indépendance de la France, défense de la francophonie, diplomatie tournée vers la Russie, l'Afrique et le monde arabe, retour de l'ordre républicain, tout y était. Malgré des piques contre la Chine un peu démagogiques, et une idée de vote obligatoire assez absurde, le candidat de Debout La République a développé une grande vision pour la France, digne de celle d'un Clémenceau ou d'un Charles de Gaulle. 

 

"Petit" candidat, peut-être! Mais je préfère un petit candidat aux grandes idées, à un "grand" candidat dont les ambitions se résument, comme François Hollande, à inviter l'évadé fiscal Yannick Noah ou à multiplier les vidéos de campagnes ridicules, à la limite de la parodie (après "La France avec François Hollande", voir "Le changement, c'est maintenant...") 

 

 

 

Voir Jack Lang, Benjamin Biolay ou Arnaud Montebourg faire les clowns pour le clip de campagne de François Hollande était ridicule. 

Je n'ose croire que Jean-Pierre Chevènement, dont j'ai fini le dernier livre, excellent comme à l'accoutumée, puisse envisager, encore, de soutenir cette mascarade de candidature. François Hollande montre chaque jour que ses idées sont à l'opposé de l'idéal républicain, patriotique, gaulliste et souverainiste que défend "Le Che"; il ne peut pas ne pas le voir!

 

 

La loi scandaleuse au sujet du "génocide arménien" fournit encore, s'il en fallait, un exemple de collusion entre l'UMP sarkozyste et le PS hollandais. Jean-Pierre Chevènement s'était, avec justesse, opposé à cette loi. Mais en vain. Le Sénat, sous les pressions communautaristes arméniennes, a voté pour, sarkozystes et socialistes confondus.

Il faut dire que les adversaires de cette loi l'ont très mal combattue. Dès le début, des associations turques ont décidé de faire de ce combat une affaire communautariste. Les "Turcs et franco-turcs" étaient donc appelés à manifester. Au nom de "la défense de la Turquie". Comme si les autres Français ne pouvaient pas combattre cette loi, qui pourtant menace chacun d'entre nous. 

 

 

J'ai eu l'occasion de me rendre aux manifestations turque et arménienne organisées lundi devant le Sénat. 

Du côté turc, un effort avait été fait: la défense de la liberté d'expression était mise en avant, des drapeaux français flottaient, aucun débordement à déplorer. Et entendre citer Montesquieu et Robespierre me fit chaud au coeur! Mais à côté de cela: musiques traditionnelles voire nationalistes, beaucoup de drapeaux turcs, des jeunes filles dansant et chantant comme si elles étaient à un mariage, des slogans et discours en turcs. 

Du côté arménien, pratiquement que des drapeaux français (y compris des anciens combattants), des appels à la République, et la citoyenneté française mise en avant. 

Indéniablement, les Arméniens ont gagné la bataille de la communication. Les Turcs ont voulu jouer sur le lobbyisme et le communautarisme, sans comprendre qu'ils seraient toujours perdants à ce jeu. 

 

Voilà ce que le multiculturalisme a fait de la France: une mosaïque de "communautés", qui s'affrontent, et que les politiciens cherchent à flatter par des lois liberticides. 

 

Et que dire du nouveau coup porté à la politique étrangère française? Prendre le risque de se brouiller avec la Turquie, acteur majeur de la Méditerranée, pour des raisons électoralistes, est une stupidité complète. Cette inconscience montre que ni Nicolas Sarkozy, ni François Hollande, n'ont les épaules pour diriger notre pays dans le monde actuel. 

La dernière bêtise de la diplomatie française a consisté à soutenir le boycott du pétrole iranien. En plus de faire monter le prix de l'essence, cette politique est complètement folle: l'Iran aura certainement sa bombe, alors ne vaut-il mieux pas tenter de dialoguer avec, pour mieux gérer les risques, plutôt que s'en faire un ennemi? Position d'autant plus indéfendable que la France n'a rien à craindre de ce pays, qui n'est pas de nos ennemis traditionnels. 

 

 

Que retenir de ce week-end? Deux politiciens sans envergure, Nicolas Sarkozy et François Hollande, participent à l'enfoncement de la France, tandis que deux voies réfléchies, celles de Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Pierre Chevènement, refusent cet abaissement. Les deux premiers sont estimés à 20% dans les sondages, les deux autres à 2%. Dans le fond, les Français méritent peut-être leur décadence...

Partager cet article

Repost 0

commentaires