Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 21:44

Je me suis rendu ce samedi à la réunion organisée par le RIF (Rassemblement pour l'Indépendance de la France) en vue de soutenir une éventuelle union des patriotes autour d'un rassemblement dont le Front National serait la jambe droite, la jambe gauche étant consistuée de divers groupements souverainistes (RIF, RPF, etc.) qui serviraient de "pont" avec les souverainistes plus à gauche. 

Très bon discours de Paul-Marie Coûteaux et d'Alain Bournazel, du RIF, sur l'effondrement du système mondialiste et européïste, et la nécessité d'un rassemblement des souverainistes et des gaullistes, en vue de saisir cette occasion de redonner à notre chère vieille France sa liberté d'action. Intéressante intervention, également, de Dominique Mahé, représentante de DLR, qui fait valoir qu'une candidature de Nicolas Dupont-Aignan à la présidentielle ne serait forcémment handicapante pour cette réunion, le candidat gaulliste rassemblant à gauche et au centre des gens qui n'auraient jamais, de toute manière, voté pour Marine Le Pen. L'UMP en pâtirait probablement plus.


J'y vois un autre avantage: celui d'offrir une alternative à l'ensemble des patriotes qui n'osent rejoindre Marine Le Pen, ou s'y refuse. Il serait temps, en effet, que la candidate du Front National s'exprime très clairement vis-à-vis des groupuscules racistes ou néo-conservateurs (et notamment le Bloc Identitaire) qui gravitent autour d'elle. La France ne peut retrouver sa souveraineté qu'en réunissant l'ensemble de ses citoyens - et cela inclut donc ses 5 millions de musulmans qui, faute d'être respectés par les souverainistes, finiront logiquement dans les bras des mondialistes de tout poil. Par ailleurs, le Bloc Identitaire étant clairement européïste, favorable à l'euro et hostile au souverainisme, il ne saurait participer en aucune manière à ce rassemblement patriotique. 



Ce communautarisme blanc répond à d'autres formes de tribalismes dont on a vu l'expression lamentable au cours de la semaine précédente. Tribalismes respectivement musulman et juif, et qui contribuent à discréditer l'image de communautés, dont la majorité des membres sont d'honnêtes citoyens.

 


Hallucinant spectable, qui n'a pu que considérablement favoriser la diabolisation des musulmans...


Les prieurs de la Rue Myrrha ont finalement été évacués; ayant réussi à obtenir des autorités un bâtiment - une caserne abandonnée - pour y effectuer leur prière du vendredi. Que l'Etat ait aidé à l'instauration d'un nouveau lieu de culte ne me choque pas plus que cela, car un tel bâtiment n'avait de toute façon aucune autre utilité. Par ailleurs, il faudra bien que l'on se préoccupe tôt ou tard du manque de mosquées dans certains secteurs. 

Honte en revanche, à ces quelques dizaines de provocateurs qui, bravant la loi dans une logique d'affrontement, ont dédaigné ce nouveau local pour continuer à prier dans la rue. Honte aussi, et surtout, aux autorités françaises, qui ont été incapables de répondre à cette provocation en faisant appliquer très fermement la loi!

Et que dire de la pathétique prestation du groupe islamiste "Forzanne Alizza", dirigé par un certain Cortex, barbu vindicatif en guerre contre la laïcité républicaine? Perturbant la prière de leurs coreligionaires, ses sbires ont fait irruption dans la caserne, scandant des "Allahou Akbar" et s'empoignant avec le service de sécurité. Le jour où l'ensemble des musulmans comprendront que toute cette vermine communautariste leur fait plus de mal que tous les Claude Guéant du monde, nous aurons fait un grand pas en avant. 


Autre tribalisme, autre imbécilité: à l'appel de la Ligue de Défense Juive (organisation terroriste selon les Etats-Unis et Israel, mais tolérée par les autorités françaises), quelques dizaines de jeunes Juifs ont été formés militairement et envoyés en Israel. But du voyage? Partir en aide aux colons israéliens, au cas où ces derniers, armés et surprotégés, se sentiraient menacés par les civils arabes qui les entourent. 

Outre le ridicule de l'affaire, cette information est inquiétante à double titre. D'abord, elle montre le terrible communautarisme qui ronge une partie des Juifs français - pourtant modèles d'assimilation au 19ème siècle. Mais surtout, elle a été passée sous un silence complet et coupable des médias traditionnels. 

Et c'est alors que je me dis, comme pour les musulmans, que les jours ou l'ensemble des Juifs auront compris le mal que leur font ces milices communautaires, un autre grand pas en avant aura été fait. 

 

Bien qu'elles soient plus ridicules que redoutables, la France peut-elle tolérer la formation de telles milices sur son territoire?

 

C'est d'ailleurs sans déplaisir que je vois venir la session de l'ONU qui verra les Palestiniens présenter leur demande de reconnaissance en tant qu'Etat-membre, car cet évènnement aura le mérite de gifler simultanément ces deux tribalismes. 

Le passage de la résolution sera un échec cuisant pour les sionistes français, et ce d'autant plus que 70% de nos concitoyens (dont, sans nul doute, un grand nombre de Juifs) soutiennent les Palestiniens dans leur lutte. Et ce n'est pas la pétition d'une centaine de députés, menés par le très communautariste Claude Goasguen, qui va changer grand-chose à cet état de fait. 

Mais le véto posé par Obama sera également une humilation pour les islamistes de France. Voici deux ans, déjà, qu'ils citaient le Président américain comme modèle, pressant la France de trouver "son Obama", proposant "'d'échanger Sarkozy contre Obama". Voici deux ans, déjà, qu'ils se réfèrent au ridicule discours du Caire, dans lequel Barack Obama avait reproché à la France d'interdire le voile à l'école. Voir leur idôle bloquer le droit des Palestiniens à un Etat me procure un plaisir mauvais que je ne parviens pas à dissimuler. 

 

           

Claude Goasguen, député UMP, et Jean-Michel Baylet, radical-socialiste et candidat aux primaires du PS, ont été à l'initiative d'une adresse à Nicolas Sarkozy, lui demandant de ne pas reconnaître la Palestine.

 

On regrette en revanche la frilosité de la diplomatie française, qui n'ose pas s'engager clairement dans ce dossier. J'avais expliqué dans un précédent article pourquoi la France devait voter pour un Etat palestinien, et le faire savoir au plus tôt. Je constate avec plaisir, dans un article du Monde , que cet avis est partagé par d'éminents spécialistes comme Didier Billion ou Hubert Védrine. Hélas! trois fois hélas! notre pays semble incapable de prendre une décision ferme, prisonnier qu'il est de son allégeance à l'Occident et à l'Union Européenne!


Nicolas Sarkozy a pourtant montré lors de sa visite en Libye qu'il était capable de faire d'excellents coups diplomatique. Alors que la guerre libyenne avait bien mal démarré - les activistes du CNT ne trouvant pas l'appui de la population et se faisant militairement vaincre - l'intervention de l'OTAN a permis de faire tomber un régime qui n'était pas franchement sympathique. La France y a gagné un nouvel allié dans la région, et a su éviter le fiasco diplomatique. Dont acte.

 


 

 

Sur le plan des principes, en revanche, force est d'assister que l'on a bien assisté à une guerre d'ingérence, voire néo-coloniale. Le CNT, mélange d'islamistes, de monarchistes, et de criminels de guerre, aura bien du mal à rassembler la Libye, et surtout, à la stabiliser. L'Algérie l'avait bien compris, elle qui a dénoncé dès le début l'intervention occidentale. Par ailleurs, la France s'est attirée l'antipathie de plusieurs pays non-alignés  - Chine, Vénézuéla, Afrique du Sud. Une raison de plus de travailler à redorer son image à l'occasion de la prochaine session de l'ONU...

Partager cet article

Repost 0

commentaires