Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 19:08

Quelques heures sur les sublimes falaises d'Etretat apportent une sérénité nécessaire face à l'avalanche de nouvelles vis-à-vis desquelles un million de sentiments se bousculent dans ma tête. Qu'il est doux, du haut de ces rochers sauvages battus par la brise et les vagues, de se vider l'esprit, d'ordonner ses idées, et d'apaiser sous les doux rayons d'un soleil bienvenu l'inquiétude et l'indignation que la marche du monde m'ammène sans cesse. 

 

 

 

 

Ainsi en est-il de la Révolution Tunisienne; je suis depuis le début plutôt optimiste quand aux résultats de ce soulèvement majeur, mais force est de constater que la Tunisie est désormais à la croisée des chemins.

Refuser de voir les dangers mortels qui la guettent serait profondément inconscient. Comme dans toutes révolutions, les fanatismes, les extrêmismes, rassemblent leur force pour tenter, à la faveur du désordre, de prendre le contrôle du pays. Pillages, violences, armée débordée. Un prêtre polonais égorgé, des prostituées menacées par un commando intégriste. Les hommes de main de Ben Ali poursuivent leur travail de sabotage de la révolution; l'ombre de Leïla Ben Ali, Marie-Antoinette des temps modernes, plane toujours sur le pays. 

 Il faut aussi rejeter la vision pessimiste qui y voit un échec de la Révolution: a-t-on connu un seul soulèvement populaire qui n'ait pas donné lieu à de pareilles dérives? Si les Tunisiens parviennent à reprendre la main, à écraser, et leurs "enragés", et leurs contre-révolutionnaires, ils auront brillament remporté leur pari. 

En fait, il est impossible de dire maintenant si la Révolution Tunisienne est un succès ou un échec. Ce sont les semaines à venir qui le determineront. L'émergence de groupes fanatiques, inhérente à toute révolution, n'est pas en soi une marque d'échec. Elle le sera toutefois si les Tunisiens ne parviennent pas à réduire ces groupes. Au travail!

 

 

 

A l'heure où la liberté est réclamée par toute la Tunisie, elle est mise en danger en France par la lamentable condamnation du journaliste Eric Zemmour. Poursuivi pour avoir énoncé un fait difficilement réfutable (la plupart des trafiquants, en cité, sont noirs ou arabes, ce qui explique les contrôles au faciès), et avoir prétendument justifié la discrimination (on se demande alors que penser des propos d'Anne Lauvergeon, qui vantait la discrimination envers les "mâles blancs"), l'écrivain et journaliste politique a été condamné à un total de 9000 euros (dont une partie avec sursis). 

 

Zemmour et Dieudonné ne sont que les deux victimes les plus emblématiques du totalitarisme bien-pensant...

 

Ce qui doit nous inquiéter ici, c'est n'est pas tant le sort d'Eric Zemmour: ses relations dans le monde médiatique ont rendu sa condamnation plus légère qu'attendue; il gardera ses admirateurs, son poste, et ne sera sûrement pas ruiné par ce procès. Ce qui doit nous inquiéter, c'est bien l'avenir de la liberté de parole en France. 

Si Eric Zemmour, disposant de tant de relations dans le milieu, ayant les moyens de se payer un excellent avocat, et la notoriété nécessaires pour être soutenu, écope une telle peine, qu'en sera-t-il du citoyen lambda qui, sans soutien, sans défenseur, sans argent, devra payer le prix de sa libre-expression? Eric Zemmour (tout comme Dieudonné, d'ailleurs) est un avant tout un symbole, celui d'un liberté de parole muselée par des associations "antiracistes", et qui apairaissent finalement comme les principales responsables des haines communautaires en France.

 

 

Pendant ce temps, à l'ONU, Barack Obama, via sa représentante au conseil de sécurité, vient de rejeter une résolution condamnant la colonisation israélienne. Les 14 autres membres (dont la France) ont légitimement voté pour cette résolution. Le Prix Nobel de la Paix dévoile son vrai visage. Il est vrai que seuls les naïfs ou les gens de mauvaise foi seront surpris, tant l'hypocrisie d'Obama transparaissait dès son election. 

 

 

La brute, le truand et le cocu...

 

Des milliers de Français, obsédés par leur haine envers Sarkozy, appelaient Obama à remplacer ce dernier. Citaient le Président Américain comme exemple, en diabolisant celui de France. Dans une situation aussi grave, le verdict est tombé: Sarkozy, aussi lamentable que soit sa diplomatie, a condamné la colonisation israélienne. Obama a bloqué cette condamnation. A chacun d'en tirer les leçons.

 

Je retourne désormais à mes affaires, bien satisfait décidemment de ne pas avoir la télévision chez moi. La supporter une journée en Normandie a déjà été, en soi, une épreuve. L'enchainement de séries sans intérêts, de comiques pas drôles, de journalistes bien-pensants, de feuilletons et films idéologiquement corrects (propagande "gay", repentance shoatico-vichyste, pseudo-psychologie débilisante...) m'a laissé profondément déprimé. Ce qui explique que j'ai passé plus d'heures sur les rochers escarpés des côtes normandes que devant le poste de télévision... 

Partager cet article

Repost 0

commentaires