Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 21:18

C'est un bien mauvais coup que l'Elysée a porté aux intérêts français en annonçant, ce mardi 3 septembre, la suspension de la livraison des navires Mistral promis à la Russie. Prise à la veille d'un sommet de l'OTAN, cette décision est une terrible faute politique, tant sur les plans diplomatique et économique que symbolique.

La triple faute de la France dans l'affaire des Mistral russes

Premièrement, l'annulation de ce contrat porte un coup dur à nos relations avec la Russie. Or, nous avons besoin de ce pays, qui peut être un partenaire solide tant au niveau économique que géopolitique (en particulier dans la lutte contre les djihadistes sunnites au Levant).

On pourra objecter que la Russie est impliquée dans la guerre civile ukrainienne. Mais ce n'est pas en manquant à sa parole que la France pourra calmer cette crise; bien au contraire, cela ne peut que raidir la position russe. Du reste, devons-nous sacrifier notre alliance et donc nos intérêts pour plaire à l'Ukraine et aux Etats-Unis?

 

L'économie française risque également d'en pâtir. Il ne faut pas oublier que cet important contrat représente près de 1000 emplois et doit rapporter plus d'un milliard d'euros. De plus, si la Russie faisait le choix de représailles, il est à craindre que le prix du gaz (dont elle est le premier exportateur mondial) ne grimpe en flèche, alors même que l'hiver se fait proche.

Du reste, le choix de François Hollande discrédite la France comme partenaire commercial fiable. En effet, si notre pays rompt publiquement ses contrats, comment espérer gagner ensuite la confiance de clients potentiels comme le Brésil, l'Inde ou la Chine? Ces Etats préféreront évidemment se tourner vers des fournisseurs plus fiables, capables de tenir leur parole.

 

Enfin, cette affaire donne une image désastreuse de la France qui, comme dans les affaires syrienne ou iranienne, se conduit en vassal de Washington, incapable d'agir de façon souveraine. Aux yeux du monde, elle apparaît comme un pays soumis qui, pour faire plaisir à ses maîtres américains, n'hésite pas à sacrifier ses intérêts, à flouer ses partenaires et à trahir sa parole.

En plus d'atlantisme, la France pourrait bien se voir taxée d'hypocrisie En effet, l'argument des droits de l'homme ou de la volonté de paix ne tient pas. Car dans ce cas, comment expliquer les livraisons d'armes françaises à l'Arabie Séoudite, dictature théocratique dont les pétrodollars financent des groupes terroristes en Syrie ou en Irak?

 

 

La preuve est une nouvelle fois faite que l'alignement de la France sur les positions américaines est profondément néfaste à son image, à son économie, à sa politique étrangère. Au lieu de s'inscrire au sein d'un "bloc occidental" (manière sans le dire de réactiver la guerre froide sur fond de choc des civilisations) largement fantasmé, la France devrait établir avec la Russie, comme avec les pays émergents, de nouveaux rapports basés sur le respect mutuel et la souveraineté des Etats. C'est ainsi, et seulement ainsi, qu'elle pourra demeurer une grande puissance au sein du monde multipolaire qui se profile.

Partager cet article

Repost 0

commentaires