Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Nations Libres
  • Nations Libres
  • : Chronique du choc entre les nations libres et qui tiennent à le rester, et le mondialisme ravageur qui cherche à les soumettre.
  • Contact

Recherche

5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 22:11

Né en Égypte en 1926, expulsé de ce pays par Nasser en 1962 en raison de ses positions radicales, Youssef al-Qaradawi est une des grandes figures de l'islamisme sunnite moderne. Revendiquant l'héritage d'Hassan el-Banna (fondateur des Frères Musulmans), il bénéficie d'une grande influence dans le monde arabe, mais également auprès des milieux islamistes d'Europe et plus spécialement de France. Encore méconnu du grand public européen, ce personnage est pourtant un acteur essentiel des drames qui frappent le Moyen-Orient ces dernières années.

Un idéologue des djihadistes syriens: qui est Youssef al-Qaradawi?

 

Un important théoricien du Djihad

 

Avant toute chose, Youssef al-Qaradawi est un écrivain, auteur d'une masse volumineuse d'ouvrages consacrés à l'islam. Doté d'une culture solide et d'une certaine indépendance d'esprit, il se démarque des salafistes les plus radicaux par des positions moins extrémistes (estimant par exemple que la peine de mort n'est pas obligatoire envers les apostats, ou condamnant la destruction de statues de Bouddha par les Taliban...)

 

Cependant, le fond de son idéologie demeure extrêmement réactionnaire. Youssef al-Qaradawi rejette la sécularisation des pays arabes et estime qu'aucune loi ne devrait aller à l'encontre de la charria, la loi islamique. Surtout, dans son massif ouvrage Fiqh al-jihad(jurisprudence du djihad), il se pose en théorien de la guerre sainte.

S'il admet volontiers que le djihad, en bien des occasion, consiste en un simple effort sur soi (tel que l'interprètent un certain nombre de savants musulmans modernes), il n'écarte pas le conflit armé. Il affirme que les musulmans doivent combattre "l'injustice", la "tyrannie" et la "dictature", les armes à la main si nécessaire; or, ce sont là des notions bien floues, et al-Qaradawi laisse la porte ouverte à toutes les interprétations.

 

C'est ainsi qu'il avait soutenu les groupes terroristes attaquant l'Algérie dans les années 1990. C'est ainsi aussi qu'il a justifié les attentats-suicides en Palestine, sans la moindre prise de distance.

 

 

Le baiser de la mort à la Palestine

 

"Les opération martyrs sont l'arme que Dieu a donné aux pauvres pour combattre les forts. C'est la compensation divine. La société israélienne est une société militaire. Leurs hommes et leurs femmes sont des soldats dans l'armée, qui peuvent être rappelés à tout moment. Et si un enfant ou un vieux est tué dans ces opérations, il n'est pas visé mais c'est par erreur, et en conséquence des nécessités absolues de guerre, et les nécessités absolues lèvent les interdictions."

 

C'est par ces mots que notre homme justifiait, en 2004, les attaques terroristes en Israel. Il est vrai qu'il est un des plus fidèles soutiens du Hamas (dont la création a eu pour effet principal, comme le souhaitaient les stratèges israéliens, de briser l'unité du nationalisme palestinien). Cette position est doublement criminelle, à l'égard des civils israéliens, mais également du peuple palestinien.

Après 60 ans de combats, il apparaît clairement que le sort des armes sera toujours défavorable aux Arabes. Si le Palestiniens veulent un jour obtenir cet État souverain qu'ils revendiquent légitimement, il leur faut une autre stratégie: la formation d'une élite intellectuelle, politique et scientifique; des appuis internationaux solides; et surtout, une image irréprochable face à un État israélien dont les soutiens s'effritent au fur et à mesure que ses gouvernements se radicalisent.

Le Hamas ne suit pas du tout cette voix. Encourager les attentats-suicides et le terrorisme, c'est condamner les Palestiniens à la diabolisation et à une guerre sauvage dont ils sortiront toujours perdants. Youssef al-Qaradawi est intelligent. Il le sait très bien.

Mais il sait aussi qu'en choisissant la radicalité démagogique, il s'assure une base de soutiens solide et fiable.

 

L'antisionisme qu'il professe dérape parfois dangereusement vers un racisme affiché. Ainsi affirmait-il en 2009:

"Tout au long de l'histoire, Dieu a imposé aux juifs des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu'il leur a fait — et bien qu'ils aient exagéré les faits — il a réussi à les remettre à leur place. C'était un châtiment divin. Si Dieu le veut, la prochaine fois, ce sera de la main des croyants." On s'abstiendra de commenter.

 

De l'internationalisme islamique à l'impérialisme qatari?

 

Curieusement, Youssef al-Qaradawi oublie toute idée de lutte contre "l'injustice" et le "despotisme" lorsque cela s'appliquer à son pays d'adoption, le Qatar. Il est vrai que la famille royale qatarie lui a confié la présidence d'honneur de la Qatar Islamic Bank, ainsi qu'un soutien financier continu. On oublierait ses convictions pour moins que ça!

 

On a ici l'exemple d'un pacte solide où une dictature implacable assure la protection d'un influent prédicateur religieux qui, en retour, joue de son ascendant dans le monde arabe sunnite pour étouffer toute revendication démocratique (contrairement au régime séoudien, le régime qatari n'est guère attaqué par les Frères Musulmans et les salafistes...)

Cela explique le soutien d'al-Qaradawi aux révolutions arabes, là où elles profitaient au Qatar (en Égypte et en Syrie notamment). En revanche, lorsque des milliers de Turcs sont descendus dans les grandes villes manifester contre le gouvernement islamiste, notre éclairé savant a apporté son soutien à Recep Tayyip Erdoğan et fait savoir qu'il priait pour lui...

 

Nous n'avons donc pas affaire à un idéaliste épris de justice et de démocratie, mais bien à un propagandiste utilisant la religion au service de la géopolitique qatarie.

 

 

Les chiites, les laïcs et l'Iran dans le colimateur

 

Cette stratégie a amené Youssef al-Qaradawi a s'engager très fortement dans la géopolitique régionale, en attisant les conflits et en prônant la violence directe. En février 2011, il avait notamment appelé à l'assassinat de Mouammar Kadhafi - Nicolas Sarkozy exaucera son voeu quelques mois plus tard.

 

Mais c'est surtout dans le conflit syrien que Youssef al-Qaradawi s'est aventuré, en profitant pour soulager sa haine des chiites, des laïcs et de l'Iran. Sans la moindre modération, il a ainsi appelé à l'assassinat de tous les civils, religieux et militaires syriens soutenant le régime de Bachar al-Assad; il a prôné la guerre totale contre le Hezbollah, qualifié d'Hezboshaytan (Parti du Diable); en mai 2013, depuis la capitale du Qatar, il s'est livré à une tirade haineuse envers les alaouites, qualifié de "plus mécréants que les juifs et les chrétiens".

Naturellement, l'Iran - vieil ennemi du Qatar - n'a pas été épargné par le prédicateur, qui a appelé ses fidèles à le "maudir" et l'a qualifié d'ennemi de la Oumma. La Russie et la Chine ont également été visées par ces attaques.

Sur ce point, au moins, les Occidentaux et Youssef al-Qaradawi se retrouvent dans le même camp...

 

* * *

 

Youssef al-Qaradawi apparaît donc comme un personnage particulièrement dangereux, non seulement en raison de son idéologie, mais aussi parce qu'il est assez habile pour éviter les excès de certains intégristes fanatiques. En France même, il jouit d'une influence inquiétante, en particulier auprès du Collectif des Musulmans de France de Nabil Ennasri (lui-même proche du Qatar et des Frères Musulmans), mais aussi au sein de l'UOIF (branche française des Frères Musulmans), du CCIF (Collectif Contre l'Islamophobie en France), et de certains milieux anti-sionistes. Une influence cependant légèrement écornée par ses dernières prises de position sur la Syrie - et peut-être aussi par les bruits reliant sa dernière hospitalisation, en 2012, à une overdose de viagra?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

francaisGaulliste 10/11/2013 21:14

Qaradaoui, c'est un agent de la CIA!!!

Ce qui me surprend, c'est que des milions d'arabes idolatrent et vénérent cette pourriture...
Le sort des palestinien, c'est aux oubliettes!!! Avec les wahhabo sionistes à leur tête, la nation arabe est en faillite morale, spirituelle, ... et politique